Conserver les legumes et les fruits

L'AIL

L'ail est un bulbe parfumé qui fait merveille en cuisine. De plus, il est excellent pour notre santé. Raison de plus pour en avoir toujours sous la main et connaître les meilleures techniques pour conserver l'ail.

1Conserver l'ail dans l'huile = danger !

Il est fortement déconseillé d'opter pour la conservation de l'ail dans l'huile car préparer soi-même l'huile à l'ail est une méthode qui peut s'avérer dangereuse pour la santé. L'ail peut contenir des bactéries (clostridium botulinum) qui se développent facilement dans l'huile bien qu'elles soient privées d'oxygène. Les risques sont très importants car les toxines dans l'huile sont totalement indécelables visuellement, ne laissent ni odeur ni goût. Il en résulte des risques graves pour la santé, dont celui de contracter le botulisme, une intoxication alimentaire sévère pouvant entraîner la mort d'une personne du fait de la paralysie de ses muscles respiratoires.

Bon à savoir : l'ail dans l'huile doit être placé au réfrigérateur et consommé dans les cinq jours qui suivent sa préparation. Mieux vaut toutefois choisir une autre solution pour conserver l'ail.

Vous pouvez cependant acheter une huile à ail en supermarché et autres commerces : ces préparations industrielles contiennent généralement des agents de conservation (citron, vinaigre, etc.). Il est toutefois impératif de ne pas consommer cet ail à l'huile au-delà de la date de péremption.

2Solution 1 : congeler l'ail

Au retour du marché, ne rangez pas vos gousses d'ail dans le bac à légumes de votre réfrigérateur : elles deviendront toutes molles. En revanche, vous pourrez conserver votre ail en panier, dans la cuisine, pendant quelques semaines.

Mais pour une préservation sûre, la congélation de l'ail est de loin la technique la plus souvent conseillée, car elle permet :

  • de stopper le développement des bactéries et donc leur multiplication ;
  • de conserver l'ail de 6 à 8 semaines mais pas au-delà.

Pour congeler l'ail :

  • Supprimez la pellicule extérieure.
  • Coupez chaque gousse d'ail en deux.
  • Enlevez le germe qui se situe au cœur des gousses d'ail.

Bon à savoir : vous pouvez hacher vos gousses d'ail débarrassées du germe avant congélation et pourquoi pas y ajouter du persil haché. Placez ce mélange aromatique dans des petits bacs à glaçon. Il sera très facile par la suite de donner du goût à vos préparations culinaires.

3Solution 2 : conserver l'ail en caissette

Si vous cultivez vous-même votre ail, voici quelques conseils pour conserver votre récolte dans les meilleures conditions :

  • Déposez vos têtes d'ail dans des caissettes en bois non traité.
  • Ne superposez pas les têtes d'ail : il faut au contraire favoriser la circulation de l'air.
  • Entreposez vos caissettes dans un endroit frais, mais sec.
  • Prenez soin de remuer régulièrement les têtes d'ail pour une aération parfaite.

Bon à savoir : l'ail blanc en caissette se conserve environ 6 mois.

4Solution 3 : conserver l'ail tressé après séchage au soleil

Vous pouvez opter pour la conservation de l'ail en tresse. Pour ce faire :

  • Enlevez toutes les traces de terre et diverses salissures de vos aulx.
  • Munissez-vous de tiges solides et sèches.
  • Formez une tresse avec les têtes d'ail : ne conservez que les aulx bien fermes.
  • Choisissez un endroit suffisamment ventilé comme la cave, le grenier ou le sous-sol.
  • Suspendez les tresses d'ail sans les entasser.
  • Inspectez-les régulièrement et éliminez toutes les têtes d'ail qui présentent des traces d'humidité, de moisissures ou qui sont molles.

L'ail tressé apporte, en plus, une touche esthétique au grenier ou à la cave !

Bon à savoir : l'ail tressé se conserve de 5 à 6 mois dans de bonnes conditions.

 

Voici le lien  : https://refrigerateur.ooreka.fr/fiche/voir/292463/conserver-l-ail

 

 

Conserver des poivrons

Pour profiter des bienfaits du poivron et jouir de son exquise saveur, il est bon de savoir le conserver été comme hiver. Autant savoir également dans quelles conditions le transporter au retour du marché ou pour un pique-nique. Voici tout ce qu'il faut savoir sur la conservation des poivrons.

1Cas 1 : conserver les poivrons au retour du marché

Si vous souhaitez consommer vos poivrons durant les jours qui suivent l'achat :

  • Essuyez-les avec un torchon propre.
  • Placez-les entiers dans du papier d'aluminium puis dans le bac à légumes du réfrigérateur où ils se conserveront de 7 à 8 jours. Au-delà de cette durée de conservation, le poivron a tendance à se flétrir.

2Cas 2 : conserver des poivrons entamés

La durée de conservation d'un poivron entamé n'est que de deux jours. Dans ce cas :

  • Placez-le sous film alimentaire.
  • Stockez-le dans le bac à légume de votre réfrigérateur.

Sachez toutefois qu'une fois entamé, le poivron se conservera beaucoup mieux congelé ou en bocal.

3Cas 3 : congeler des poivrons

Si vous possédez un congélateur, sachez que vous pourrez y conserver vos poivrons pendant plusieurs mois. Il est conseillé de ne pas dépasser un an. Le mode opératoire est le suivant :

  • Épépinez les poivrons.
  • Lavez-les.
  • Détaillez-les selon vos préférences : en lanières régulières, en dés ou en quartiers.
  • Placez-les ensuite dans un sac à congélation portant une étiquette sur laquelle vous mentionnerez la date de congélation et la date limite de consommation.

Bon à savoir : vous pouvez aussi congeler vos poivrons après les avoir cuits. Laissez-les complètement refroidir avant de les entreposer dans le congélateur. Glissez-les une fois totalement refroidis dans un sac congélation ou une boîte hermétique supportant les températures extrêmes.

4Cas 4 : mettre les poivrons en bocaux

Idéale en hiver comme en été, la conservation du poivron en bocaux permet de le garder environ 2 mois. Pour ce faire :

  • Détaillez le poivron en fines lanières.
  • Faites bouillir les lanières ou les griller au four : quelques minutes suffisent.
  • Placez-les dans un bocal.
  • Recouvrez les lanières de poivron à votre convenance. Pour ce faire, deux solutions s'offrent à vous :
    • le vinaigre ;
    • l'huile.
  • Faites preuve d'imagination culinaire en ajoutant quelques aromates bien choisis, tels que :
    • des petits oignons blancs ;
    • des gousses d'ail ;
    • des herbes aromatiques.

    Mettre ses légumes en bocaux

5Conserver des poivrons pendant le transport

Lorsque les températures sont caniculaires, il est vivement recommandé de prendre quelques précautions pour transporter des poivrons. Vous garderez vos poivrons en parfait état en suivant les conseils suivants :

  • Au retour du marché, un sac isotherme est suffisant, voire un simple cabas.
  • Pour un pique-nique estival, plusieurs solutions s'offrent à vous, à savoir :
    • Détaillez le poivron en lanières, posez ces dernières dans un récipient hermétique puis recouvrez-les d'un filet de citron et d'huile d'olive.
    • Coupez vos poivrons selon vos préférences et grillez-les au four pendant une quarantaine de minutes, thermostat 7 (200 °C).
    • Emportez vos poivrons entiers, sans aucune préparation : vous les couperez et les accommoderez au moment de les déguster.

Dans tous les cas, il vous faudra transporter vos poivrons à l'abri de la chaleur excessive. Placez-les de préférence dans un sac isotherme. Si vous utilisez une glacière contenant des pains de glace, veillez à ce que ceux-ci ne soient pas en contact direct avec les poivrons. Cette dernière solution n'est pas la plus recommandée.

Bon à savoir : les poivrons crus emballés dans une feuille d'aluminium pourront se conserver sans problème dans un simple cabas si le voyage n'excède pas une heure et que la température n'est pas excessive.

 

https://refrigerateur.ooreka.fr/fiche/voir/289897/conserver-des-poivrons

Conserver les légumes

 

Les légumes, c'est une bonne dose de minéraux, de vitamines, de fibres et très peu de sucre. Ils sont indispensables question santé et ligne et doivent être idéalement au menu 7 jours sur 7, midi et soir. Pourtant entre périssabilité des légumes frais et emplois du temps surchargés, avoir quotidiennement des légumes au menu peut-être un vrai casse-tête. De l'étal à l'assiette, voici les étapes à respecter pour conserver les légumes frais et leurs vertus plusieurs jours ou plusieurs mois durant.

Adoptez les premiers gestes pour une conservation optimale des légumes

Choisissez les légumes avec soin

Ne choisissez chez votre maraîcher que des légumes ne présentant aucun signe de périssabilité. Les signes qui doivent vous alerter sont les légumes flétris, les légumes présentant des parties molles signifiant qu'ils ont reçu des coups, des légumes présentant des taches brunes.

Préparez rapidement les légumes

Préparez rapidement les légumes pour leur conservation à température ambiante, leur réfrigération, congélation, appertisation ou séchage. Juste après leur achat, ils sont encore bien pourvus en vitamines et minéraux. Au fil du temps, leur teneur nutritionnelle se dégrade.

Laver ou ne pas laver les légumes pour leur conservation ?

Laver ou ne pas laver les légumes dépend de leur milieu de conservation.

  • Ne lavez pas les légumes conservés en milieu ambiant car cela accélère la maturation et favorise les moisissures.
  • Lavez et rincez à l'eau claire et à grande eau, éventuellement additionnée de vinaigre blanc (quelques gouttes suffisent) et avec une brosse à légumes pour les légumes à peau dure, les légumes conservés au réfrigérateur, au congélateur, appertisés ou séchés.

Note : le lavage des légumes à réfrigérer permet d'éviter les contaminations croisées. Les aliments entrant dans un réfrigérateur doivent être propres.

Avertissement : lorsque vous lavez des légumes, vous devez vous assurer également une hygiène rigoureuse autour des légumes : lavage des mains au savon et à l'eau tiède, lavage et désinfection du plan de travail avec de l'eau tiède et du vinaigre blanc, matériaux de cuisine, en contact avec les légumes, propres.

Cas 1 : conservez des légumes à température ambiante

La durée de conservation des légumes à température ambiante dépend de la nature du légume, du taux d'humidité de la pièce, de sa température et de son degré d'exposition à la lumière.

Observez les précautions suivantes :

  • le milieu ambiant, doit être plutôt frais, sec et sombre ;
  • les légumes doivent être entreposés à plat sur un grand morceau de carton, sur une toile de jute ou dans des cagettes ;
  • les légumes ne doivent pas se toucher entre eux.

Les légumes à conserver à température ambiante sont :

  • les tomates peu mûres afin qu'elles mûrissent tout en conservant pleinement leur saveur, elles se gardent ainsi une semaine environ ;
  • les cucurbitacées ;
  • les pommes de terre (la chaleur les fait germer et la lumière les rend verdâtre et leur donne un goût amer) ;
  • les patates douces ;
  • les ignames ;
  • les rutabagas ;
  • les navets ;
  • l'ail, les oignons, les échalotes, suspendus en tresse au plafond d'une cave pour être mieux conservés que s'ils sont entreposés au sol ;
  • les carottes, les poireaux, dans un saut contenant un mélange de terre et de sable.

Mis à part les tomates qui ont une durée de conservation assez courte, les autres légumes se gardent ainsi plusieurs mois.

Note : ne mettez pas de fruits et de légumes côte à côte. Certains fruits dégagent du gaz éthylène qui donne de l'amertume aux légumes et les fait mûrir trop vite.

Cas 2 : conservez des légumes au réfrigérateur

Le réfrigérateur permet de ralentir la maturation des légumes qui sont alors placés à 8 ou 10 °C, qui se conservent ainsi de 3 jours jusqu'à 1 semaine.

  • Lavez les légumes à l'eau claire.
  • Égouttez-les.
  • Placez-les dans le bac à légumes, en les séparant selon leur nature.

La conservation au réfrigérateur convient bien aux :

  • asperges, en prenant soin éventuellement de placer leurs tiges dans de l'eau froide ou en les enveloppant de papier absorbant ;
  • aubergines, concombres, oignons frais, poivrons, tomates mûres déposés directement dans les différents bacs du réfrigérateur ;
  • carottes placées dans un saladier d'eau ou un sac plastique perforé ;
  • céleri, enveloppé dans un linge humide ou une boîte perforée ;
  • crucifères : chou blanc ou rouge, chou-fleur entier avec feuilles (les feuilles renseignent sur la fraîcheur) et brocolis, haricots verts et haricots beurre, dans un sac plastique perforé ;
  • betteraves, radis, auxquels vous enlevez les fanes. Placez les radis dans un sac plastique perforé ;
  • salades, enveloppées dans un linge ou dans une boîte hermétique. Pak choï, chou frisé, épinards se conservent ainsi aussi ;
  • champignons, enveloppés dans du papier absorbant.

Combien de temps conserver ses fruits et légumes au réfrigérateur ?

Cas 3 : conservez des légumes au congélateur

La congélation assure une conservation optimale des légumes de 10 mois. C'est une solution idéale pour consommer des légumes d'été en hiver et inversement. Tous les légumes peuvent être congelés sauf les salades, radis, carottes, car la congélation maison engendre une modification de leur texture.

  • Lavez et rincez les légumes à grande eau.
  • Égouttez-les.
  • Épluchez-les, évidez-les et coupez-les en morceaux ou gardez-les entier selon les légumes.
  • Blanchissez impérativement aubergines, courgettes, pommes de terre avant quelques minutes dans l'eau bouillante puis séchez-les avec du papier absorbant.
  • Une fois refroidis, placez les légumes dans un sachet congélation ou dans une boîte de conservation. Inscrivez au feutre la date de congélation et le nom de l'aliment.
  • Fermez en chassant un maximum d'air.
  • Placez les légumes au congélateur.

Note : mis à part une perte importante de vitamine C, les légumes congelés sont nutritionnellement comparables aux légumes frais.

Cas 4 : stérilisez vos légumes frais

C'est le procédé de stérilisation qui permet la plus longue conservation de légumes. C'est aussi la méthode qui convient le mieux pour éviter le gaspillage de la production excessive du potager.

  • Lavez et rincez les légumes à grande eau.
  • Épluchez-les, évidez-les, coupez-les en morceaux ou gardez-les entiers selon les légumes.
  • Blanchissez les légumes 2 à 3 minutes pour inactiver les enzymes naturels. Couleur, texture seront aussi préservées. Pour cela, plongez-les dans une grande casserole d'eau salée avec 1 cuillère à soupe de sel par litre d'eau.
  • Trempez-les immédiatement dans l'eau froide.
  • Remplissez des bocaux propres avec les légumes.
  • Couvrez ces légumes d'eau bouillante et salée (8 à 20 g par litre) ou d'huile.
  • Fermez hermétiquement.
  • Rangez les bocaux dans un faitout ou un stérilisateur.
  • Couvrez d'eau à hauteur des bocaux.
  • Fermez.
  • Stérilisez le temps indiqué par votre recette.
  • Laissez refroidir les bocaux dans l'eau.

Tomates : il est inutile de blanchir les tomates avant leur stérilisation. Faites cuire entièrement vos betteraves rouges en revanche.

Champignons : après avoir blanchi des champignons de petite taille, plutôt que de les stériliser, placez-les dans des bocaux en verre et recouvrez-les de vinaigre. Ils deviendront un excellent condiment pour accompagner vos viandes grillées par exemple.

Mettre ses légumes en bocaux

Avertissement : attention au botulisme. La toxine botulique se développe en milieu privé d'oxygène et engendre des intoxications alimentaires avec paralysie des neurones et contraction des muscles.

Botulisme

Cas 5 : séchez les légumes

Une ultime méthode de conservation des légumes, c'est le séchage des légumes. Cette méthode vous donnera des légumes secs très concentrés en goût qui pourront être réhydratés dans un saladier d'eau ou servir en petite touche d'exhausteurs de goût pour vos divers plats de sauce.

  • Lavez et rincez les légumes à grande eau.
  • Épluchez-les et évidez-les selon les légumes à sécher.
  • Tranchez-les finement ou laissez-les entiers s'ils ont un petit gabarit (exemple les tomates cerises).
  • Placez-les dans la plaque du four ou dans celle du déshydrateur, côte à côte, en veillant à laisser un espace entre chacun d'entre eux.
  • Enlevez l'excédent d'eau avec un essuie-tout.
  • Placez-les à four chaud à 50 °C ou dans un déshydrateur, en les retournant de temps en temps, le temps que le légume ne présente plus de traces d'humidité. Ce temps de séchage est très variable. Plusieurs heures sont toutefois nécessaires quel que soit le légume.
  • Stockez-les dans un bocal en verre doté d'un couvercle ou une boîte de conservation en verre, à l'abri de la lumière, dans un endroit plutôt sec.

Les légumes séchés se conservent plusieurs mois.

https://refrigerateur.ooreka.fr/fiche/voir/365401/conserver-les-legumes

 

Conserver les pommes et les poires du verger tout l'hiver

Les pommes et les poires sont des fruits dits « de garde », qui peuvent être conservés tels quels tout l'hiver, sans congélation ni stérilisation. Cueillez-les en septembre et croquez-les en mars !

Pour conserver les fruits du jardin tout l'hiver, respectez bien les différentes étapes et astuces regroupées dans cette fiche pratique.

1Cueillez les fruits au bon moment

Cueillez les fruits au bon moment

Pour se conserver longtemps en bon état, les fruits doivent être cueillis exactement au bon moment, ni trop tôt, ni trop tard.

Pommes

  • Guettez le moment où les premières pommes se détachent seules de l’arbre et tombent par terre : c’est le moment idéal pour faire votre récolte.
  • Avec les pommes tombées par terre, toujours un peu abîmées par leur chute, faites des compotes, mais ne cherchez pas à les conserver. Par contre, c’est le moment de cueillir sur l’arbre les pommes à conserver tout l’hiver.
  • Essayez de faire tourner doucement la pomme autour de son pédoncule : si elle vient sans difficulté, c'est juste le moment d’effectuer votre récolte.
  • À ce moment, cueillez en même temps toutes les pommes de l'arbre, y compris les moins avancées, qui continueront à mûrir après la cueillette.
  • Évitez de cueillir vos pommes par temps de pluie. Dans le même ordre d’idée, attendez que la rosée du matin se soit entièrement résorbée.

Pommier

Poires

  • Les poires se cueillent un peu moins mûres que les pommes, sans attendre que les premiers fruits tombent naturellement au sol.
  • Surveillez bien le moment où quelques poires commencent à changer de couleur.
  • Vous pouvez alors cueillir toutes les poires de l'arbre, même celles qui vous paraissent trop vertes, elles mûriront sans problème par la suite.
  • Prenez la poire et soulevez-la légèrement de façon à ce qu’elle se détache elle-même en gardant son pédoncule.
  • Comme pour les pommes, évitez de cueillir les poires par temps de pluie et attendez bien que la rosée du matin se soit entièrement résorbée.

À savoir : toutes les variétés de poires ne se conservent pas. Ainsi les Williams ne sont pas des fruits de garde. Par contre les variétés suivantes se conservent bien : Beurré d’ Anjou, Beurré d’Hardenpont, Doyenné du Comice, Doyenné d’hiver, Duchesse d’hiver, Figue d’Alençon, Royale d’hiver, Saint-Germain d’hiver, Tardive de Toulouse, Triomphe de Jodoigne…

Manipulez vos fruits avec délicatesse

  • Cueillez vos fruits en douceur, en les déposant au fur et à mesure dans un panier.
  • Ne remplissez pas trop le panier de peur d’abîmer les fruits du fond.

Poirier

Ne gardez que des fruits parfaitement sains. Éliminez sans hésitation les pommes ou les poires qui présenteraient une tache quelconque : utilisez-les pour faire des compotes que vous pourrez alors congeler.

2Conservez les fruits en cagettes ou en tonneau

Conservez les fruits en cagettes ou en tonneau

Il existe deux méthodes principales pour conserver les fruits : en cagettes ou en tonneau.

En cagettes

  • Récupérez des cagettes en bois au marché.
  • Désinfectez-les en passant dessus une éponge imbibée d’eau de javel diluée.
  • Laissez bien sécher les cagettes, puis tapissez-les de papier (par exemple vieux journaux) afin de protéger les fruits d’éventuels clous ou échardes.
  • Placez les fruits un à un au fond de la cagette, sur une seule couche.
  • Rangez toujours les poires debout.
  • Veillez à ce qu’aucun fruit n'en touche un autre : d’une part, cela permet une bonne circulation de l’air ; d’autre part, si un fruit pourrissait, vous éviteriez ainsi qu’il contamine tous les autres.

En tonneau

Le stockage des fruits en tonneau, dans du sable sec, permet de les conserver très longtemps (jusqu'en mai) tout en préservant au mieux leur parfum.

  • Procurez-vous un grand contenant de 75 litres au moins (tonneau en bois de récupération ou simplement une grande poubelle).
  • Disposez au fond du récipient une couche de sable parfaitement sec.
  • Disposez sur le sable une couche de pommes ou de poires.
  • Recouvrez les fruits entièrement de sable.
  • Continuez ainsi jusqu’en haut du récipient en terminant par une couche de sable.

Note : pour conserver les poires par cette méthode, la coutume ancienne recommandait de les emballer individuellement dans du papier de soie avant de les ranger dans le tonneau.

3Choisissez l’endroit où conserver vos fruits

Le plus difficile dans la conservation des fruits est de trouver le bon endroit pour les stocker dans les meilleures conditions. L'idéal serait une pièce :

  • Fraîche, avec une température si possible comprise entre 6 et 12 °C.
  • Sombre.
  • Bien aérée et à l’abri du gel.

La cave est généralement l’endroit qui correspond le mieux à ces conditions.

4Précautions et astuces pour optimiser la conservation des fruits

Précautions et astuces pour optimiser la conservation des fruits

Pommes

Si vous avez opté pour la conservation des pommes en cagettes :

  • Retournez régulièrement les pommes dans leur cagette (1 fois tous les 10 jours environ), afin de mieux répartir le sucre dans les fruits.
  • Profitez-en pour vérifier qu’aucune pomme n’est abîmée : si c’est le cas, retirez-la immédiatement.
  • Surveillez vos pommes pour voir si elles se rident : dans ce cas, elles n’ont pas assez d’humidité. Remédiez-y de 2 façons :
    • Placez une bassine d’eau dans la pièce, à proximité des fruits.
    • Couvrez chaque cagette d’un film alimentaire étirable perforé en quelques endroits.

Poires

Vous avez certainement remarqué dans le commerce des poires au pédoncule enrobé de cire rouge. Destinée à éviter la déshydratation du fruit, c’est une méthode que vous pouvez parfaitement reproduire :

  • Juste après la cueillette, faites fondre une ou deux bougies au bain-marie et trempez chaque pédoncule dans la bougie fondue. La couleur rouge n’est évidemment pas obligatoire.
  • Utilisez cette méthode aussi bien pour les poires rangées en cagettes qu’en tonneau.

 

https://verger.ooreka.fr/fiche/voir/284141/conserver-les-pommes-et-les-poires-du-verger-tout-l-hiver

 

Récolter et conserver les châtaignes

 

Récoltez des châtaignes

Les châtaignes se récoltent de mi-septembre à novembre, selon le climat et la variété.

  • Dans l’idéal, évitez tout séjour prolongé des châtaignes tombées au sol, sinon un processus de contamination se met en route rapidement au contact de la terre et des feuilles mortes.
  • En pratique :
    • Gaulez avec un long bâton les châtaignes accessibles qui sont encore sur l’arbre et ramassez-les dès qu’elles tombent. Revenez souvent pour répéter l’opération !
    • Ou étalez une bâche sous le châtaignier et venez fréquemment récolter les châtaignes récemment tombées.

Cuire des châtaignes et des marrons

Solution 1 : Conservez des châtaignes telles quelles jusqu’en février

Faites tremper sans tarder les châtaignes récoltées

  • Dès que vous rentrez chez vous, sortez les châtaignes de leur bogue.
  • Mettez-les à tremper dans un récipient rempli d’eau (comptez 3 volumes d’eau pour 2 volumes de châtaignes).
  • Brassez les châtaignes et jetez toutes celles qui flottent : elles remontent parce qu’elles sont pourries ou véreuses.
  • Laissez tremper les châtaignes restantes pendant 9 jours, en changeant l’eau chaque jour.
  • Jetez au fur et à mesure les quelques châtaignes qui remonteraient encore à la surface.

Au bout de 9 jours, mettez les châtaignes à ressuyer

  • Étalez les châtaignes dans un endroit bien aéré.
  • Brassez-les chaque jour et jetez les châtaignes qui deviendraient noires ou molles.
  • Au bout de 9 à 10 jours, le ressuyage est terminé : placez alors les châtaignes dans des cagettes ajourées.
  • Entreposez-les dans un endroit aéré et frais.

Ainsi traitées, les châtaignes se conserveront jusqu’en février.

Solution 2 : Congelez les châtaignes

Il existe deux façons de conserver les châtaignes par congélation : épluchées ou non épluchées.

Congelez des châtaignes non épluchées

  • Avec un couteau pointu, incisez la coque des châtaignes sur leur partie bombée.
  • Puis mettez les châtaignes telles quelles au congélateur.

Cette façon de faire convient pour des châtaignes que vous voudrez ensuite consommer grillées : faites-les alors griller directement, sans décongélation préalable.

Congelez des châtaignes épluchées

  • Incisez la coque des châtaignes sur leur partie bombée.
  • Plongez les châtaignes dans une casserole d'eau.
  • Portez l'eau à ébullition, ajoutez les châtaignes et laissez frémir 5 minutes.
  • Enlevez les 2 peaux des châtaignes en même temps.
  • Une fois les châtaignes refroidies, mettez-les dans des sacs de congélation et placez-les au congélateur.

Congeler les fruits du verger

Solution 3 : Conservez les châtaignes en bocaux

  • Procédez en tout point comme ci-dessus, phase d'épluchage des deux peaux comprise.
  • Placez les châtaignes dans des bocaux en ajoutant 2 cuillerées à soupe d'eau par bocal.
  • Mettez des rondelles en caoutchouc neuves aux bocaux.
  • Fermez les bocaux et stérilisez-les immédiatement avec un stérilisateur (1 h 30 à 100 °C).

https://verger.ooreka.fr/fiche/voir/308281/recolter-et-conserver-les-chataignes

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site